Direction artistique Benjamin Perrot & Florence Bolton

LA RÊVEUSE


Chanteurs invités


Instrumentistes invités


Fondé par Benjamin Perrot et Florence Bolton, La Rêveuse est un ensemble composé de musiciens solistes, qui s'attache à redonner vie à certaines pages de la musique instrumentale ou vocale des XVIIème et XVIIIème siècles, période foisonnante d'expériences et d'inventions artistiques de toutes sortes. En privilégiant l'éloquence, la maîtrise des couleurs et la richesse du continuo, les musiciens de La Rêveuse veulent transmettre à l'auditeur la substance poétique, rhétorique et spirituelle de ces répertoires.

 

Remarqué lors de ses différents concerts en France (Les Concerts Parisiens, Folle Journée de Nantes, Auditorium de Radio France, Abbaye de Fontevraud, Festival de Chambord, Festival de Lanvellec, Festival Radio-France Montpellier, Scènes Nationales d'Orléans, Blois, Quimper, TNP de Villeurbanne,  etc…), La Rêveuse se produit aussi à l'étranger (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Suisse, Pologne, Japon, Egypte, USA, Canada).

 

Les enregistrements de l'ensemble (Locke/Purcell, K617 2006 ; Purcell, Mirare 2008 ; Buxtehude/Reinken, Mirare 2009 ; Elisabeth Jacquet de la Guerre, Mirare 2010, Sébastien de Brossard, Mirare 2011 ; Henry Lawes, Mirare 2013 ; Telemann, Mirare 2015 (fff Télérama) ; Devotional songs de Purcell, Mirare 2015 (CHOC de Classica) ; Sonates en trio de Buxtehude, Mirare 2017 (Choix de France Musique) ont tous été salués par la critique française et internationale.

 

 

Souhaitant créer des liens entre les différentes pratiques artistiques, l'ensemble travaille souvent avec le monde du théâtre. Il a notamment participé à différents spectacles avec Benjamin Lazar et le Théâtre de l'Incrédule (L'Autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune, de Cyrano de Bergerac, Les Caractères de La Bruyère), Louise Moaty (Les Mille et Une Nuits, sur une adaptation de la traduction d'Antoine Galland), Catherine Hiegel et François Morel (Le Bourgeois Gentilhomme), le plasticien Vincent Vergone de la Cie Praxinoscope (Concerto Luminoso, spectacle de lanterne magique), ou encore Jack et le Haricot Magique, spectacle de marionnettes inspiré des illustrations de l'artiste Walter Crane. La Rêveuse a également créé Ba-Rock !, un concert unplugged autour de la chanson anglophone de Dowland à Sting.

Parallèlement, l'ensemble développe un cycle de concerts-conférence mettant en miroir musique et peinture aux XVIIème et XVIIIème siècles, en collaboration avec  Jean-Philippe Guye, professeur d'Arts et Civilisations au CNSM de Lyon, et s'investit dans des projets pédagogiques sur ces sujets avec des classes de primaires ou des lycées (Les Lettres Persanes revisitées, avec des primo arrivants, projet finaliste du Prix de l'Audace Culturelle et Artistique 2016).

 

En 2017, l'ensemble prévoit de nombreuses collaborations, tournées et nouvelles créations de spectacles, notamment Monsieur de Pourceaugnac de Molière & Lully à la Cartoucherie de Vincennes avec le Théâtre de l'Eventail (Raphaël de Angelis) ; la création au Centre Culturel de Rencontre de Noirlac de L'Heure Verte, un spectacle cabaret réunissant airs de cour et compositions contemporaines de Vincent Bouchot, avec et mis en scène par Nicolas Vial ; la création d'un programme de recherche/colloque et concert autour des Chapelles royales de Louis XIV et de Charles II d'Angleterre, en collaboration avec Les Pages & les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles.
L'ensemble prépare un livre disque consacré à deux grands artistes du début du XVIIIème siècle, Antoine Watteau et Marin Marais, avec la collaboration de Florence Gétreau (CNRS), et enregistrera pour Mirare un programme de sonates londoniennes autour de 1700.

 

 

La Rêveuse bénéficie du soutien du Ministère de la Culture (DRAC Centre–Val de Loire) et de la Région Centre–Val de Loire
au titre de l'aide aux ensembles conventionnés, ainsi que de la Ville d'Orléans. Mécénat Musical
Société Générale est le mécène principal de La Rêveuse. L'activité vocale de l'ensemble est par ailleurs soutenue par la Fondation Orange.
L'ensemble est membre de la FEVIS (Fédération des ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) et du syndicat Profedim (Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique).

La Rêveuse

La Rêveuse

Fondé par Benjamin Perrot et Florence Bolton, La Rêveuse est un ensemble composé de musiciens solistes, qui s'attache à redonner vie à certaines pages de la musique instrumentale ou vocale des XVIIème et XVIIIème siècles, période foisonnante d'expériences et d'inventions artistiques de toutes sortes. En privilégiant l'éloquence, la maîtrise des couleurs et la richesse du continuo, les musiciens de La Rêveuse veulent transmettre à l'auditeur la substance poétique, rhétorique et spirituelle de ces répertoires.

 

Remarqué lors de ses différents concerts en France (Les Concerts Parisiens, Folle Journée de Nantes, Auditorium de Radio France, Abbaye de Fontevraud, Festival de Chambord, Festival de Lanvellec, Festival Radio-France Montpellier, Scènes Nationales d'Orléans, Blois, Quimper, TNP de Villeurbanne,  etc…), La Rêveuse se produit aussi à l'étranger (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Suisse, Pologne, Japon, Egypte, USA, Canada).

 

Les enregistrements de l'ensemble (Locke/Purcell, K617 2006 ; Purcell, Mirare 2008 ; Buxtehude/Reinken, Mirare 2009 ; Elisabeth Jacquet de la Guerre, Mirare 2010, Sébastien de Brossard, Mirare 2011 ; Henry Lawes, Mirare 2013 ; Telemann, Mirare 2015 (fff Télérama) ; Devotional songs de Purcell, Mirare 2015 (CHOC de Classica) ; Sonates en trio de Buxtehude, Mirare 2017 (Choix de France Musique) ont tous été salués par la critique française et internationale.

 

Souhaitant créer des liens entre les différentes pratiques artistiques, l'ensemble travaille souvent avec le monde du théâtre. Il a notamment participé à différents spectacles avec Benjamin Lazar et le Théâtre de l'Incrédule (L'Autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune, de Cyrano de Bergerac, Les Caractères de La Bruyère), Louise Moaty (Les Mille et Une Nuits, sur une adaptation de la traduction d'Antoine Galland), Catherine Hiegel et François Morel (Le Bourgeois Gentilhomme), le plasticien Vincent Vergone de la Cie Praxinoscope (Concerto Luminoso, spectacle de lanterne magique), ou encore Jack et le haricot magique, spectacle de marionnettes inspiré des illustrations de l'artiste Walter Crane. La Rêveuse a également créé Ba-Rock !, un concert unplugged autour de la chanson anglophone de Dowland à Sting.
Parallèlement, l'ensemble développe un cycle de concerts-conférence mettant en miroir musique et peinture aux XVIIème et XVIIIème siècles, en collaboration avec  Jean-Philippe Guye, professeur d'Arts et Civilisations au CNSM de Lyon, et s'investit dans des projets pédagogiques sur ces sujets avec des classes de primaires ou des lycées (Les Lettres Persanes revisitées, avec des primo arrivants, projet finaliste du Prix de l'Audace Culturelle et Artistique 2016).


En 2017, l'ensemble prévoit de nombreuses collaborations, tournées et nouvelles créations de spectacles, notamment Monsieur de Pourceaugnac de Molière & Lully à la Cartoucherie/Théâtre de l'Epée de Vincennes avec le Théâtre de l'Eventail (Raphaël de Angelis) ; la création au Centre Culturel de Rencontre de Noirlac de L'Heure Verte, un spectacle cabaret réunissant airs de cour et compositions contemporaines de Vincent Bouchot, avec et mis en scène par Nicolas Vial ; la création d'un programme de recherche/colloque et concert autour des Chapelles royales de Louis XIV et de Charles II d'Angleterre, en collaboration avec Les Pages & les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles.
L'ensemble prépare un livre disque consacré à deux grands artistes du début du XVIIIème siècle, Antoine Watteau et Marin Marais, avec la collaboration de Florence Gétreau (CNRS), et enregistrera pour Mirare un programme de sonates londoniennes autour de 1700.

 

La Rêveuse bénéficie du soutien du Ministère de la Culture (DRAC Centre–Val de Loire) et de la Région Centre–Val de Loire
au titre de l'aide aux ensembles conventionnés, ainsi que de la Ville d'Orléans. Mécénat Musical
Société Générale est le mécène principal de La Rêveuse. L'activité vocale de l'ensemble est par ailleurs soutenue par la Fondation Orange.
L'ensemble est membre de la FEVIS (Fédération des ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) et du syndicat Profedim (Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique).

Florence Bolton

Florence Bolton

 

Florence Bolton commence la musique à l'âge de sept ans, avec le clavecin et la flûte à bec. Attirée par les instruments à archet, elle se consacre finalement à la viole de gambe. Après avoir obtenu un premier prix de viole de gambe et un premier prix de musique de chambre au Conservatoire de Saint-Cloud (classe de Sylvia Abramovicz), elle entre au département de musique ancienne du CNSM de Lyon où elle étudie auprès de Marianne Muller. Elle y obtient un premier prix en 2001. Elle est par ailleurs titulaire d'une maîtrise de japonais de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO).

En tant que soliste et continuiste, elle se produit dans le cadre de nombreux festivals en France et à l'étranger avec des ensembles tels qu'Akademia (Françoise Lasserre), Doulce Mémoire (Denis Raisin Dadre), La Fenice (Jean Tubéry), Il Seminario Musicale (Gérard Lesne), Musica Favola (Stéphan Van Dyck), Pierre Robert (Frédéric Désenclos), Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), William Byrd (Graham O'Reilly), etc…

Elle a fondé, avec Benjamin Perrot, l'ensemble La Rêveuse, dont elle assure avec lui la direction artistique.
Avec la Rêveuse, elle a créé plusieurs spectacles dont L'autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune de Cyrano de Bergerac (2004) et Les Caractères de La Bruyère (2006), avec le comédien et metteur en scène Benjamin Lazar, Les Mille Et Une Nuits  (2011) avec la comédienne et metteur en scène Louise Moaty, Concerto Luminoso (2012) -spectacle de lanterne magique et musique ancienne- avec le plasticien Vincent Vergone.

 

Florence Bolton enseigne la viole et la musique de chambre lors de divers stages de musique baroque.

 

Elle a participé à de nombreux enregistrements discographiques chez Alpha, Arion, K 617, Ligia Digital, Mirare, Naïve et Zig-Zag Territoires.

Benjamin Perrot

Benjamin Perrot

 

Après des études de guitare classique, et des années de pratique de différentes musiques improvisées, Benjamin Perrot choisit de se consacrer essentiellement à la musique ancienne. Il étudie le théorbe, le luth et la guitare baroque au C.N.R. de Paris, auprès d'Eric Bellocq et de Claire Antonini. Il y obtient en 1997 son Diplôme Supérieur de Musique Ancienne, à l'unanimité, avec les félicitations du jury. Il se perfectionne ensuite auprès de Pascal Monteilhet. En 1996-1997, il est également stagiaire accompagnateur au Studio Baroque de Versailles (Centre de Musique Baroque de Versailles).

 

Depuis, il est invité, comme soliste et continuiste, en France et à l'étranger.

Privilégiant la musique de chambre, il joue au sein de différents ensembles dont Les Basses Réunies (Bruno Cocset), Capriccio Stravagante (Skip Sempé), Le Concert Brisé (William Dongois), l'Ensemble Pierre Robert (Frédéric Désenclos), La Fenice (Jean Tubéry), Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), Il Seminario Musicale (Gérard Lesne), Stradivaria (Daniel Cuiller) ou encore en orchestre avec Les Arts Florissants (William Christie), Le Concert Spirituel (Hervé Niquet)…

 

En 2004, il crée avec Florence Bolton et le comédien et metteur en scène Benjamin Lazar le spectacle « L'Autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune » sur un texte de Cyrano de Bergerac et des musiques de ses contemporains.

 

Il est co-fondateur, avec Florence Bolton, de l'ensemble La Rêveuse, dont la démarche artistique est tournée vers les musiques des XVIIème et XVIIIème siècles, à travers une recherche sur l'éloquence, la finesse des couleurs, et une pratique avant tout vivante de ce répertoire.

 

Benjamin Perrot a participé à une cinquantaine d'enregistrements discographiques, chez Accord, Alpha, Calliope, Glossa, K 617, Mirare, Naïve, Zig-Zag Territoires…

 

Il enseigne le luth et le théorbe au Conservatoire de Versailles et est chef de chant au Centre de Musique Baroque de Versailles. Par ailleurs, il enseigne dans plusieurs stages de musique ancienne.

Serge Saitta

Serge Saitta

Après des études musicales classiques et universitaires à Lyon et Créteil dans les classes de Marius Beuf, Maurice Pruvost et Pierre Séchet, Serge Saitta se rend au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles pour se perfectionner auprès de Barthold Kuijken. Il y obtiendra deux premiers prix avec grande distinction (traverso et musique de chambre), puis un diplôme supérieur de perfectionnement en traverso.

Depuis 1988, il participe en tant que soliste à la plupart des projets de son ensemble d'élection, Les Arts Florissants, sous la direction de William Christie. Nombre d'enregistrements rendent compte de ce travail, qu'il s'agisse de recueils Rameau, Mozart ou Charpentier chez Erato ou Lalande chez Harmonia Mundi.

Il poursuit également de fructueuses collaborations ponctuelles avec d'autres ensembles: La Petite Bande, Concerto Köln, Les Musiciens du Louvre-Grenoble et Opera Fuoco, toutes entreprises documentées au disque. En 1995, il crée l'ensemble le Mercure Galant, avec lequel il enregistre les Motets de Brossard pour Astrée, de même que le Tod Jesu de Telemann et la Passion selon Saint-Jean d'Haendel pour Vox Temporis. Il se produit régulièrement aujourd'hui avec des artistes tels que Philippe Jaroussky, l'ensemble Artaserse, Florence Malgoire, Olivier Fortin ou Paul Agnew.

En septembre 2008-2009, Serge Saitta a dirigé l'Académie Internationale du Festival de Musique Baroque d'Ambronay qu'il a consacrée à la découverte de l'opéra comique français Les Troqueurs d'Antoine Dauvergne. En 2008, il donne à la Juilliard School de New York un cours de maître sur la musique française lors d'une résidence avec Les Arts Florissants. A cette occasion, il se produit à Carnegie Hall. En 2009, Serge Saitta mène un projet Haendel dans cette même institution et donne des concerts à New York (Alice Tully Hall). Cette collaboration se poursuit en 2010, à l'invitation du Juilliard's new Historical Performance Program que dirige Monica Hugget. Serge Saitta enseigne les flûtes anciennes à la Haute Ecole de musique de Genève.

Stéphan Dudermel

Stéphan Dudermel

Né en 1975, il débute le violon moderne à l'âge de 7 ans et obtient une médaille d'or à l'unanimité du jury au C.N.R. de Paris en 1991. A 17 ans, il entre au C.N.S.M. de Lyon dans la classe de Peter Csaba et obtient son prix en 1996 avec la mention très bien à l'unanimité du jury.

En 1996, il intègre la toute nouvelle classe de violon baroque d'Odile Edouard au C.N.S.M. de Lyon. Il approfondit ses connaissances du répertoire baroque auprès de Sigiswald Kuijken (l'Académie Chigiana de Sienne) et d'Enrico Gatti. En 1998, il participe au sein de l'Orchestre de l'Académie baroque d'Ambronay à la création de Thésée de Lully sous la direction de W. Christie. En 2000, il obtient un premier prix de violon baroque au C.N.S.M. de Lyon avec la mention très bien.

Stéphan Dudermel se produit régulièrement au sein de diverses formations : le Concert Spirituel (Hervé Niquet), l'Ensemble Pierre Robert (Frédéric Désenclos), le Parlement de Musique (Martin Gester), the New London Consort (Philip Pickett), l'Ensemble Elyma (Gabriel Garrido), la Chapelle Vocale de Lausanne…

 

Stéphanie Paulet

Stéphanie Paulet

Premier violon de l'orchestre Insula orchestra dirigé par Laurence Equilbey, formation rayonnant en France et à l'étranger et jouant sur instruments historiques, Stéphanie Paulet se produit régulièrement en récitals et en musique de chambre aux côtés de partenaires fidèles.
Après trois premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, elle a parcouru l'Europe et l'Asie en tant que violoniste moderne du trio avec piano Pantoum, et au sein d'orchestres sous les baguettes de Claudio Abbado ou Bernard Haïtink, puis s'est engagée dans une réflexion historique autour des répertoire baroque et classique. Elle a été pendant dix ans le premier violon de nombreux ensembles baroques parisiens dont Il Seminario Musicale, Les Talens Lyriques, ou le Concert d'Astrée.

Elle a créé en 2012 l'ensemble Aliquando afin de faire revivre la beauté des musiques du passé et plus précisément de la période baroque, et défendre, sur scène, leur caractère toujours vivant et actuel. Deux disques « Amusements » consacré à Louis-Gabriel Guillemain (1707-1770), et « Minoritenkonvent » proposant des sonates d'un manuscrit allemand de la fin du 17ème siècle, sont sortis sous le label Muso et ont été généreusement récompensés par la critique.

 

S'attachant à la précision du jeu autant qu'à la recherche musicale, elle porte également un grand intérêt au croisement avec d'autres formes d'expression et a écrit deux spectacles pour Aliquando : « la machine aux couleurs » en 2012, autour de textes de Diderot et de musiques pour violon seul, et « le poète et le chansonnier », spectacle créé en mars 2015 pour la maison de Chateaubriand aux côtés de Daniel Isoir, pianofortiste, et Arnaud Marzorati, chanteur et récitant.
spectacle La machine aux couleurs

 

Titulaire du CA de violon, elle a à coeur de transmettre depuis plus de dix ans, et est actuellement professeur de violon baroque au Conservatoire (CRR) de Saint-Maur des Fossés. Elle a également enseigné à la Hochschule de Brême en Allemagne (de 2011 à 2015), ainsi qu'aux Conservatoires de Versailles, Besançon et La Courneuve-Aubervilliers.

 

En 2014, elle a été nommée « Chevalier des Arts et des Lettres ».

 

http://www.stephaniepaulet.com/

Clément Geoffroy

Clément Geoffroy

Clément Geoffroy commence le clavecin à 8 ans au CRR de Nantes dans la classe de Jocelyne Cuiller. Après avoir obtenu son DEM, il part étudier à Paris auprès de Bertrand Cuiller et de Frédéric Michel. Il intègre ensuite la classe de clavecin d'Olivier Baumont, de basse continue de Blandine Rannou et de musique de chambre de Kenneth Weiss du CNSMDP. Il obtient son Master en 2013 puis se perfectionne au CRR de Paris dans la classe de chef de chant de Stéphane Fuget.
En novembre 2011, il remporte le 1er prix au Concours de clavecin Paola Bernardi de Bologne.

Continuiste très demandé, Clément Geoffroy a déjà eu la chance de collaborer avec plusieurs ensembles comme Pygmalion, Le Concert d'Astrée, La Rêveuse, Stradivadia, La Chapelle Rhénane, Opéra Fuoco, Fuoco e Cenere... il a également joué sous la direction de Paul Agnew, René Jacobs et Lionel Sow.

Il est membre fondateur de L'Escadron Volant de la Reine, ensemble actuellement en résidence à la Fondation Singer-Polignac. En 2015, l'Escadron remporte le premier prix et le Prix du public au 1er Concours de musique de chambre du Val de Loire, présidé par William Christie. Leur premier disque Notturno est paru en 2016 chez Evidence.

Sortant des sentiers battus, il s'adonne régulièrement au jeu à deux clavecins. Avec Loris Barrucand, ils transcrivent et jouent la musique de Rameau, Jean-Féry Rebel, Boismortier..., collaborant également avec les compagnies de danse Beaux-Champs et Les Jardins Chorégraphiques pour des spectacles inédits. Clément joue aussi avec la claveciniste Gwennaëlle Alibert. Ils transcrivent ensemble des concerti de Vivaldi, Telemann…

Il est professeur de clavecin au Conservatoire de Vannes et accompagnateur au Pôle Sup'93 d'Aubervilliers-La Courneuve.

Carsten Lohff

Carsten Lohff

Né en 1961 à Hambourg, Carsten Lohff a d'abord étudié le clavecin et la théorie musicale. De nombreux CD, réalisés notamment avec les ensembles Cantus Cölln et Le concert brisé, témoignent de son talent à la basse continue et en tant que soliste.

Ses professeurs ont été, entre autres, Johann Sonnleitner, Bob van Asperen, Gustav Leonhardt et Christoph Hohlfeld. En 1998, il a séjourné en Italie afin d'étudier la harpe baroque avec Maria Galassi. Outre une carrière de concertiste bien remplie, Carsten Lohff enseigne aujourd'hui les instruments à clavier anciens à l'École Supérieure des Beaux-arts de Brême, de même que le clavecin et la basse continue à l'École Supérieure de Musique et de Théâtre de Hambourg.

Brice Sailly

Brice Sailly

Après avoir suivi l'enseignement d'Elisabeth Joyé, il étudie avec Olivier Baumont, Blandine Rannou et Kenneth Weiss au CNSMDP. Il approfondit ses connaissances par la rencontre de personnalités comme Pierre Hantaï, Skip Sempé et Fabio Bonizzoni.

Accompagnateur éclairé de la fine fleur de la musique ancienne et chef de chant recherché, Brice Sailly accompagne Agnès Mellon et  Dominique Visse en récital et se produit avec La Rêveuse (Benjamin Perrot & Florence Bolton), Stradivaria Ensemble Baroque de Nantes (Daniel Cuiller), Pulcinella (Ophélie Gaillard), Capriccio Stravagante (Skip Sempé), Il Seminario Musicale (Gérard Lesne), Les Paladins (Jérôme Correas), Collegium Vocale de Gand (Philippe Herreweghe). Ouvert à d'autres domaines musicaux, Brice Sailly est membre fondateur du groupe de création musicale franco-islandais Süsser Trost et a collaboré avec Murcof et Marion June, musiciens de la scène électronique. Actif dans le domaine du théâtre musical, il crée Dell'onesta dissumulazione, spectacle pour lequel il joue un clavecin Pleyel conçu d'après les suggestions de Wanda Landowska.

Brice Sailly se produit en soliste (concertos de J.-S. et C.-Ph.-E. Bach, Mozart) et en récital dans la programmation du Festival de Saint-Riquier, Jeunes Talents Européens à Paris, salle Gaveau, à Lausanne, au théâtre du Renard, au Musée des Beaux-Arts de Chartres, à Rome, Reykjavik et  Tokyo.    Titulaire du Certificat d'Aptitude, il enseigne le clavecin au CRR de Rueil-Malmaison et la basse-continue au sein du Département de Musique Ancienne du CRR de Toulouse.

Emmanuel Mandrin

Premier Prix de virtuosité dans la classe de Marie-Claire Alain, il se produit avec des ensembles vocaux (Musicatreize, Ensemble Vocal M. Piquemal, Accentus, Les Eléments...) ou instrumentaux, dont l'Orchestre Philharmonique, l'Orchestre de Paris. Il joue régulièrement avec des ensembles de musique ancienne ou baroque (Les Musiciens du Louvre, Sagittarius, Akadêmia...) et a remporté, avec La Fenice, le Premier Prix du concours international de Bruges en 1990. Il participe également à de nombreux enregistrements.

À la suite de ses études auprès de Michel Chapuis et Jean Saint-Arroman sur le répertoire français des XVIIè & XVIIIè siècles, il crée et dirige l'ensemble Les Demoiselles de Saint-Cyr, avec lequel il enregistre pour Koch/Schwann (Du Mont), Sony (Couperin), Virgin (Clérambault, Charpentier) et Auvidis (Charpentier, Nivers). Ces albums ont tous été salué par la critique (ffff Télérama, Diapason d'Or, choc de l'année du monde de la Musique, 10 de Répertoire...), et l'ont fait figurer parmi “les têtes d'affiche” de Télérama.

Entre 2000 et 2002, il enseigne au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris la basse-continue pour les organistes.

En 2009, sa version des Leçons de Ténèbres de François Couperin ("Ténèbres du Premier Jour", label Ambronay) avec son ensemble Les Demoiselles de St Cyr est largement salué par la critique (ffff Télérama, Diapason d'Or) et connaît un grand succès public.

Maïlys de Villoutreys

Maïlys de Villoutreys

Après quelques années de violon, Maïlys de Villoutreys intègre à 9 ans la Maîtrise de Bretagne, et découvre ainsi le chant avec Jean-Michel Noël, participant à de nombreux concerts, enregistrements et tournées.
Tout en poursuivant des études d'Italien à l'Université, elle est l'élève de Martine Surais au Conservatoire de Rennes, puis se perfectionne avec Isabelle Guillaud et Alain Buet au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où elle obtient brillamment son Master en 2011.

Maïlys de Villoutreys découvre la scène dès son plus jeune âge en interprétant des rôles d'enfants à l'Opéra de Rennes (Sophie dans Let's make an opera de Britten, Yniold dans Pelléas et Mélisande de Debussy). Plus tard, elle est Miss Ellen dans Lakmé à l'Opéra de Rouen, Aspasia dans La Pietra del Paragone  (Rossini) au Teatro Regio de Parma, et incarne plusieurs rôles mozartiens : Barberina, puis Pamina au CNSMDP, la Reine de la Nuit (dir. N. Krüger), et plus récemment Melia dans Apollon et Hyacinthe, à la Cité de la Musique à Paris. A l'Opéra Royal de Versailles, elle chante Amour (Orphée et Eurydice, Gluck) dirigée par G. Grazioli, et Clarine (Platée, Rameau) sous la baguette de J-C Malgoire.

Passionnée par la musique de chambre, elle chante le lied et la mélodie avec le pianiste Ivan Couëffé, et forme avec la harpiste Delphine Benhamou le duo Asturiana.

Son goût prononcé pour le répertoire baroque l'amène à se produire avec de nombreux ensembles : on peut ainsi l'entendre régulièrement avec les Folies Françoises, mais aussi avec Amarillis, Pygmalion, le Ricercar Consort, les Musiciens du Paradis, l'ensemble Desmarest, la Simphonie du Marais… En 2012, elle enregistre la cantate Clytemnestre de Cherubini avec la Kölner Akademie (dir. Michael Willens) sous le label CPO.

 

http://www.mailysdevilloutreys.com/

Eugénie Lefebvre

Eugénie Lefebvre

Lauréate au concours international de musique baroque de Froville en 2013, Eugénie obtient son diplôme au Centre de Musique Baroque de Versailles en 2009, et se perfectionne par la suite à la Guildhall School of Music and Drama de Londres auprès de Susan Waters.

On la voit régulièrement avec des chefs d'orchestre tels que Emmanuelle Haïm,

René Jacobs, Leonardo Garcìa Alarcòn, Vincent Dumestre, Jean-Claude Malgoire, Olivier Schneebeli, Pierre Cao et Peter Shreier.
Sa passion pour la musique baroque lui fait aborder des oeuvres comme Actéon de Charpentier (Hyale), Rinaldo de Haendel (Armida), L'Incoronazione di Poppea de Monteverdi (Néron, Valetto),Teseo de Haendel (Medea), Les Plaisirs de Versailles de Charpentier (la Conversation), Cadmus et Hermione de Lully (Hymen), Les Amants Magnifiques de Lully (Caliste), le Pouvoir de l'Amour de Pancrace Royer (L'Imagination, Hersilie), Hippolyte et Aricie de Rameau, Giulio Cesare de Haendel, Médée de Charpentier, Orfeo ed Euridice de Gluck, Castor et Pollux de Rameau.

On l'entend également dans de la musique sacré comme la passion selon Saint-Jean de Bach, les Grands Motets de Pierre Robert, Jephté de Carissimi, le Reniement de Saint-Pierre, la messe de minuit et le Transfige dulcissime de Charpentier, le Maddalena a piedi di Cristo de Bononcini et celui Caldara.

Son plaisir de la scène l'amène à participer à la production et tournée française du Bourgeois Gentilhomme avec l'ensemble la Rêveuse dirigé par Benjamin Perrot. Cette aventure dure près d'un an et demi (de 2011 à 2013) et permet donc à Eugénie de se produire dans de nombreuses salles et théâtres à travers toute la France.
Elle apparaît en concert avec le Concert d'Astrée, l'ensemble Sagittarius, l'ensemble La Rêveuse, Les Symphonistes, le Poème Harmonique et l'Académie für Alte music de Berlin. Eugénie collabore aussi régulièrement avec de jeunes ensembles talentueux tels que L'Escadron Volant de la Reine, Le Vertigo, Stravaganza et Les Surprises.

En 2014 Eugénie enregistre son premier CD en tant que soliste avec l'ensemble Le Vertigo, et participera à l'automne 2015 au nouvel enregistrement de l'ensemble Les Surprises sous le label d'Ambronay.
Cette saison on la verra sous la direction d'Emmanuelle Haïm à l'Opéra de Lille et de Dijon ainsi qu'au festival de Saint-Michel en Thiérache dans les rôles d'Oenone et Proserpine dans la Descente d'Orphée aux Enfers.

 

http://www.eugenielefebvre.com/

Hasnaa Bennani

Hasnaa Bennani

 

Hasnaa Bennani commence son parcours musical auprès de sa soeur Jalila Bennani et de son professeur de violon Lazslo Fodor. Diplômée du Conservatoire National  Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), en chant, dans la classe de Glenn Chambers, Hasnaa Bennani se perfectionne en musique ancienne auprès d'Howard Crook et Isabelle Poulenard.

Hasnaa Bennani a remporté en 2011 le Premier Prix du Concours de Chant Baroque de Froville.

 

Elle est remarquée dans le répertoire baroque sacré, notamment sous la direction de Patrick Ayrton à l'Opéra de Dijon, Michel Piquemal au Festival des Alizés d'Essaouira, Joël Suhubiette au Festival de Saint Céré et Michel Laplénie. Elle collabore avec l'Ensemble Pierre Robert dirigé par Frédéric Desenclos, Le Concert Lorrain dirigé par Stephan Shultz et Anne-Catherine Bucher, Akadêmia sous la direction Françoise Lasserre ainsi qu'avec Les Folies Françoises sous la direction de Patrick Cohen-Akénine.

 

Elle chante régulièrement avec La Grande Ecurie et la Chambre du Roy sous la baguette de Jean Claude Malgoire (Le Messie de Haendel, le rôle-titre dans Venus and Adonis de Blow au Théâtre des Champs Elysées…), Le Palais Royal dirigé par Jean Philippe Sarcos, Le Poème Harmonique dirigé par Vincent Dumestre (Teosena dans Caligula Delirante de Pagliardi), La Rêveuse de Benjamin Perrot et Florence Bolton, Les Muffatti dirigés par Peter Van Heyghen…

 

A l'opéra, Hasnaa Bennani a joué les rôles de l'Enfant dans L'Enfant et les sortilèges de Ravel aux Dominicains de Haute Alsace, le rôle de Gretel dans Hänsel und Gretel de Humperdinck, celui de Barbarina dans Le Nozze di Figaro de Mozart avec Opéra Eclaté mis en scène par Olivier Desbordes, le rôle de Maguelonne dans la Cendrillon de Viardot au Musée d'Orsay dirigé par Emmanuel Olivier et mise en scène d'Emmanuelle Cordoliani, la Neige et le Printemps dans La Chouette Enrhumée, ouvrage lyrique de Gérard Condé à l'Opéra de Metz.

 

Cette saison (2013-2014), Hasnaa Bennani est invitée à chanter en récital notamment avec les clavecinistes Laurent Stewart ou Kenneth Weiss (Festival de Musique Ancienne de l'Abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache, Musicales de Normandie, Festival Sinfonia en Périgord, Eglise des Billettes, Bijloke Muziekcentrum de Gand…). En concert, elle chante David Penitente et la Messe du Couronnement de Mozart avec Jean-Claude Malgoire, la cantate Ino de Telemann avec Les Muffatti, Les Leçons des Ténèbres de Couperin à la Chapelle Royale de Versailles avec Vincent Dumestre, Bach et Telemann avec la Rêveuse à Fribourg et au Théâtre d'Orléans et Lully et Clérambault, avec Le Parnasse Français dirigé par Louis Castelain au Festival de Musique Ancienne d'Utrecht.
Elle chante également La Messe en si mineur de Bach sous la direction de Marc Minkowski notamment au Concertgebouw d'Amsterdam, au Festival Bach de Lausanne et au Konzerthaus de Vienne. Elle est également invitée à chanter un programme De Lalande (Leçons des Ténèbres et Miserere à voix seule) avec le Poème Harmonique au Wigmore Hall à Londres.
A l'opéra, elle est Corisande dans Amadis de Lully à l'Opéra Royal de Versailles et au Festival de Beaune, avec les Talens Lyriques sous la direction de Christophe Rousset, Semele et Cinea dans Egisto de Cavalli au Grand Théâtre du Luxembourg avec Le Poème Harmonique, mise en scène de Benjamin Lazar, Al-Faima dans Aben-Hamet de Dubois au Théâtre de Tourcoing avec Jean-Claude Malgoire, mise en scène d'Alita Baldi.

Cet été, Hasnaa Bennani chante un programme d'airs d'opéra de Rameau avec les Ambassadeurs dirigés par Alexis Kossenko et est invitée au Festival Radio France de Montpellier pour un programme autour de la Méditerranée et des compositrices.

 

La saison prochaine (2014-2015) sera marquée par les rôles de Cléone et une Ombre heureuse dans Castor et Pollux de Rameau au Théâtre du Capitole (mise en scène de Mariame Clément) avec les Talens Lyriques, ainsi que les mêmes rôles dans une autre production de Castor et Pollux au Théâtre des Champs Elysées avec Le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet (mise en scène de Christian Schiaretti). Elle sera également Amour dans Zaïs de Rameau avec les Talens Lyriques, en version concert au Concergebouw d'Amsterdam et à l'Opéra Royal de Versailles. Parmi d'autres concerts, Hasnaa Bennani chantera les Leçons des Ténèbres de Couperin et Charpentier au Festival Misteria Paschalia à Cracovie avec Les Talens Lyriques, elle est invitée à la Folle Journée de Nantes avec la Rêveuse, elle chantera également le Requiem de Mozart sous la direction de Jean-Claude Malgoire au Théâtre des Champs Elysées.

Jeffrey Thompson

Jeffrey Thompson

 

Après avoir obtenu son diplôme au Conservatoire de Cincinnati (USA) avec William McGraw en 2001, Jeffrey Thompson se voit décerner le premier prix au Concours International de Chant Baroque de Chimay (Belgique) présidé par William Christie et, dans la foulée, il débute dans le rôle de Lurcanio dans Ariodante à Boston avec The Handel and Haydn Society sous la direction de Christopher Hogwood.

 

En 2002, Jeffrey Thompson est sélectionné pour participer à la première édition du Jardin des Voix avec Les Arts Florissants (William Christie) pour une tournée européenne. Il a également chanté sous la direction de William Christie la partie solo du motet In Convertendo de Rameau, pour un DVD édité par Opus Arte et suivi par des nombres concerts avec Les Arts Florissants.

 

Depuis, il a interprété différents rôles d'opéras sur de nombreuses scènes internationales, dont Zotico (Eliogabalo/Cavalli, direction René Jacobs, 2004, Théâtre de la Monnaie, Bruxelles et Festival d'Innsbruck) ; Monostatos (La Flûte Enchantée/ Mozart, direction René Jacobs, 2005, Théâtre de la Monnaie) ; Ninus (Pirame et Thisbé/ Rebel & Francoeur, direction Daniel Cuiller, 2007, Nantes) ; Atys (Les Paladins / Rameau, Opéra de Bâle). On a pu l'entendre à l'Opéra Comique dans Sancho Panza (Philidor) en 2010 avec La Simphonie du Marais. Il s'est également produit à Budapest dans le rôle du Testo dans Il Combattimento de Monteverdi et celui d'Hippolyte dans Hippolyte et Aricie de Rameau sous la direction de György Vashegyi. En 2011-2012, il a chanté le rôle d'Aldobrandin dans l'opéra Le Magnifique de Grétry à New York et à Washington avec Opéra Lafayette sous la direction de Ryan Brown (enregistré chez Naxos), et Giancuir dans Zanaida de J.C. Bach sous la direction de David Stern et son ensemble, Opéra Fuoco, à Leipzig, Paris, Malte et Vienne. Il a enregistré également un disque consacré à la musique  de Sébastien de Brossard avec l'ensemble La Rêveuse et a tourné aux États-Unis avec le même ensemble dans la musique de Michel Lambert et Charpentier. En 2012-2013, il chante le rôle d'Acamas dans Pyrrhus (Pancrace Royer) à Versailles (enregistrement prévu en 2014 chez Alpha), Castor dans Castor et Pollux de Rameau avec Pinchgut Opéra à Sydney (enregistrement prévu en 2014), et Glaucus dans Scylla et Glaucus de Leclair à Budapest. Toujours dans la saison 2012-2013, à New York, Washington et Versailles, il a chanté le rôle de Lurewel dans l'opéra Le Roi et le Fermier de Monsigny avec Opéra Lafayette (enregistré chez Naxos), le rôle de Septimius dans Theodora (Haendel) et le rôle titre dans Judas Maccabeus (Haendel) à Budapest ainsi que l'Évangéliste dans La Passion selon Saint-Jean de Bach aux États-Unis. Son premier disque solo des airs de Henry Lawes enregistré avec La Rêveuse chez Mirare paraît en 2013.

 

En 2014 il as chanté le rôle de Monsieur Riss dans Les Femmes Vengées de Philidor à Washington, New York et Versailles avec Opéra Lafayette (enregistré chez Naxos) , Les Vêpres de Monteverdi et dans le rôle titre du Platée de Rameau à Budapest, les rôles d'Osiris et Aruéris dans Les Fêtes de l'hymen et de l'amour de Rameau aussi avec Opéra Lafayette, des enregistrements avec Ensemble Faenza de la musique de Giulio San Pietro de Negri, de la musique sacrée de Henry Purcell avec la Rêveuse et une Messe inédite de Scarlatti avec Le Parnasse Français, une tournée européenne avec La Rêveuse dans la musique de Henry Lawes, et Charpentier avec La Poème Harmonique à Cracovie et Cologne.

 

En 2015 il vas chanter, entre autre, une tournée et enregistrement des chansons de John Dowland avec luthiste Bor Zuljan, une tournée au Canada avec La Rêveuse, des concerts de Charpentier et Lully avec Le Poème Harmonique, un enregistrement avec ensemble La Faenza des Madrigaux de Giovanni Zamboni, les grands motets de Mondonville à Budapest et Versailles, et Bach à la festival d'Ambronay.

Romain Bockler

Romain Bockler

Romain Bockler se forme au CNSMD de Lyon où il obtient son Master avec la mention Très Bien, puis auprès de Cécile de Boever.

Il se distingue lors de plusieurs Concours Internationaux : Premier prix du Concours International de Chant Baroque de Froville en 2013, Seconde Distinction à l'International Early Music Vocal Competition « Canticum Gaudium » à Poznan, et lauréat de l'Armel Opera Competition en Juin 2015, où il obtient le rôle principal dans la création scénique mondiale « Senza Sangue » (Peter Eötvös) lors de la saison 2016.

Il intègre en 2015 le Studio de l'Opéra de Lyon, et fait partie de la distribution du Roi Carotte d'Offenbach mis en scène par Laurent Pelly lors de la saison 2015-2016.

Il est régulièrement invité comme soliste, notamment à l'Opéra de Dijon (rôle de Peri dans La Pellegrina en Janvier 2014), au Concert Spirituel (Hervé Niquet), à l'ensemble Jacques Moderne (Joël Suhubiette), à l'Orchestre d'Auvergne (Roberto Fores-Veses), au Concerto Soave (Jean-Marc Aymes), au Concert de l'Hostel Dieu (Franck-Emmanuel Comte), etc…

De plus, il est passionné par les musiques de la Renaissance et le travail en petit effectif : il se produit fréquemment avec des ensembles spécialisés tels que Huelgas Ensemble, Doulce Mémoire, Perspectives, La Main Harmonique. De nombreux enregistrements discographiques témoignent de son activité dans ce domaine.

Romain BOCKLER est également titulaire d'un diplôme d'ingénieur et d'un master de recherche en acoustique.

 

http://www.romainbockler.com/

Marc Mauillon

Marc Mauillon

Nommé dans la catégorie Révélations des Victoires de la Musique 2010, le baryton Marc Mauillon s'affirme de nouveau en 2011-2012 dans la musique baroque : il est avec les Arts Florissants Idas à New York dans la reprise de la fameuse production d'Atys (après avoir tenu ce rôle à l'Opéra Comique, au Théâtre de Caen, à l'Opéra de Bordeaux et à l'Opéra Royal de Versailles en 2010-2011) puis le Spirit dans la reprise, à l'Opéra Comique, de la production de Didon et Enée mise en scène par Deborah Warner ; il interprète également Tisiphone à l'Opéra de Paris dans Hippolyte et Aricie sous la direction d'Emmanuelle Haïm et le rôle-titre d'Egisto avec le Poème Harmonique (Opéra Comique et Opéra de Rouen).

Par ailleurs, il est aussi Bobinet dans La Vie Parisienne à Angers et Nantes, retrouve Jordi Savall pour le programme Jerusalem, et chante les Vêpres de Monteverdi avec les Sacqueboutiers et le Choeur du Capitole.

 

Enfin, dans le cadre des projets Machaut, initiés par la sortie des disques L'Amoureus Tourment en 2006 et Le Remède de Fortune en 2009, il interprète le premier de ces deux programmes pour la clôture de la Biennale de Venise, puis le programme La Danse de Fortune qui allie la chorégraphie de Anne Martin à la complainte du Remède de Fortune (Lyon, Brest), et enfin le programme original du Remède de Fortune à Münich. Versailles voit également la création d'un nouveau programme Machaut, Mon Chant vous envoy, pour lequel Marc Mauillon retrouve ses partenaires Angélique Mauillon, Vivabiancaluna Biffi et Pierre Hamon.

 

L'éclectisme est le maître mot d'un parcours au cours duquel Marc Mauillon aborde de nombreux répertoires avec toujours la même réussite. Certes, il montre un attachement particulier pour les musiques anciennes, comme en témoignent son travail sur l'oeuvre de Machaut, sa collaboration régulière avec Jordi Savall (Jerusalem, L'Epopée Cathare, Ludi Musici, Mare Nostrum…) et avec des ensembles comme Doulce Mémoire (Les Roses d'Ispahan, Le Requiem des Rois de France…), et bien sûr l'importance du répertoire baroque dans sa carrière (depuis le Jardin des Voix en 2002, il retrouve régulièrement William Christie, comme pour Le Grand Office des Morts / Te Deum chez Virgin Classics, Armide de Lully au Théâtre des Champs-Elysées, un programme de Grands Motets français donné à Metz, Versailles, au Barbican et à la salle Pleyel ; avec le Poème Harmonique, il a enregistré et interprété en concert le Combatimento de Monteverdi, été Cadmus dans Cadmus et Hermione ; avec le Concert Spirituel, il est l'un des deux moines loufoques du King Arthur de Shirley et Dino).

 

Pour autant, il a également enthousiasmé la critique et le public dans l'opéra contemporain avec Cachafaz d'Oscar Strasnoy d'après une pièce de Copi à Quimper, Paris (Opéra Comique), Besançon, Rennes, Bourges et Saint Etienne (mise en scène de Benjamin Lazar, direction musicale de Geoffroy Jourdain). D'ailleurs, dans le registre de l'opéra du vingtième siècle, on a pu l'entendre dans le rôle de Roger (Le Balcon d'Eötvös), dans Roméo et Juliette de Dusapin à l'Opéra Comique, ou encore dans Pelléas et Mélisande (rôle de Pelléas) et L'Enfant et les Sortilèges au Festival de la Meije ; il a également été le Mari (Les Mamelles de Tirésias de Poulenc) et, à l'Opéra National de Lorraine, le trio de Trouble in Tahiti de Bernstein et l'horloge comtoise, le chat (L'Enfant et les Sortilèges).

 

Dans l'opéra mozartien, il a été Papageno (La Flûte Enchantée) dans de nombreuses productions, à l'opéra de Massy avec l'Orchestre National d'Ile-de-France, au Théâtre Musical de Besançon et à l'esplanade de Saint-Etienne, et Guglielmo (Cosi Fan Tutte en tournée en 2008-2009 et 2009-2010).

 

Enfin, il a également abordé l'opérette, avec Offenbach (La Vie Parisienne), Rosenthal (Rayon des Soieries), Ganne (Les Saltimbanques à l'Opéra d'Avignon ou au travers du récital conté La Valse Perdue d'Offenbach.

Geoffroy Buffière

Geoffroy Buffière

 

Après des études musicales à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, puis au CRR de Paris dans la classe de musique ancienne de Howard Crook et Kenneth Weiss, Geoffroy Buffière intègre le CNIPAL de Marseille, puis l'Académie de l'Opéra Comique.

 

 On peut l'entendre en concert et au disque dans des répertoires allant des polyphonies du Moyen-Age et de la Renaissance (avec les ensembles Clément Janequin -D.Visse- ou Huelgas –P.van Nevel) jusqu'aux créations contemporaines (avec l'Ensemble Intercontemporain -Susanna Mälkki…). Il est particulièrement sollicité par les spécialistes du répertoire baroque : Hervé Niquet, William Christie, Emmanuelle Haïm, Rinaldo Alessandrini, Masaaki Suzuki, Vincent Dumestre… Il se produit aussi en récital, notamment avec Jeff Cohen.

 

Il chante régulièrement sur les scènes françaises (Rouen, Caen, Avignon, Opéra royal de Versailles, festival d'Aix-en-Provence) et internationales (Brooklyn Academy of Music, festival Britten d'Aldeburgh, festivals d'Edinburgh ou Utrecht).
En tant que membre de la première Académie de l'Opéra Comique, il a été amené à y chanter fréquemment : Cadmus et Hermione de Lully (Dumestre/Lazar), David et Jonathas de Charpentier (Christie/Homoki), Manfred de Schumann (Krivine/Lavaudant), Mârouf de Rabaud (Altinoglu/Deschamps)… Dernièrement, il chante au côté d'Anne Sofie von Otter à la Salle Pleyel dans Die Sieben Todsünden de Weill. Parallèlement au rôle du Grand Mufti dans le Bourgeois Gentilhomme de Lully et Molière (Coin/Podalydès), il chantera prochainement Caronte dans L'Orfeo de Monteverdi à l'Opéra de Massy.

François Nicolet

Olivier Riehl

Olivier Briand

Emily Audouin

Emily Audouin

Emily Audouin a étudié la viole de gambe avec Danièle ALPERS, Paul ROUSSEAU et Christine PLUBEAU, avant de poursuivre sa formation dans la classe de Marianne MULLER au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon.

Elle joue avec de nombreux ensembles dans des festivals internationaux et participe régulièrement à des enregistrements discographiques. Elle a joué sous la direction de nombreux chefs et privilégie depuis quelques années les ensembles en petite formation. Dédicataire d'oeuvres contemporaines de Bruno GILET et Bruno MOYANO, elle a également été sollicitée par le compositeur Renaud BARBIER pour enregistrer la partie solo de la bande originale du film Vauban (Pascal Cuissot). Professeur d'enseignement artistique, elle a enseigné au Conservatoire de région d'Angers ainsi qu'à l'académie d'Ollans, et est actuellement professeur de viole de gambe en région parisienne (Juvisy-sur-Orge et Créteil).

Sébastien Wonner

Sébastien Wonner

Sébastien Wonner a étudié le clavecin avec Aline Zylberajch et Martin Gester. Organiste, il a travaillé cet instrument avec André Stricker et Christophe Mantoux.

Son intérêt pour l'improvisation l'amène à recevoir les conseils et à travailler avec Freddy Eichelberger. Il bénéficiera des leçons de Pierre Hantaï également.

Son goût l'amène à fréquenter souvent la musique vocale et le XVIIè siècle avec des ensembles tels la Chapelle Rhénane, les Witches, Akâdemia avec qui il a enregistré plusieurs disques pour K617, Alpha, Zig-Zag. Un disque salué par la critique consacré à la musique de clavecin de Sweelinck vient de paraître. Il joue également avec Doulce Mémoire ou les Sacqueboutiers.

Il recherche surtout la diversité des expériences sur toutes sortes d'instruments (orgues historiques, clavicordes,…) y compris dans des répertoires peu fréquentés. Ses voyages l'ont amené à jouer en Amérique du Sud, au Japon et en Europe. Il enseigne le clavecin au Conservatoire de Tours.